Aeronautique

Quand l’industrie aéronautique prend son envol

Dans le sillage de la montée en puissance de l’industrie marocaine, le secteur aéronautique, qui était il y a quelques années quasi-inexistant au Maroc, a pu s’imposer en tant qu’industrie clef et enregistrer des performances des plus remarquables.

​Au Maroc, l’industrie aéronautique génère aujourd’hui plus de 11.000 emplois et un milliard de dollars de chiffre d’affaires. Le secteur a été multiplié par 6 en 10 ans et compte aujourd’hui 121 acteurs, plaçant ainsi le Royaume au 15e rang en termes d’investissements aéronautiques, ce qui a permis au Maroc d’intégrer le cercle très fermé des pays opérant dans ce secteur. Cet envol a été amorcé par le lancement, en avril 2014, du Plan d’accélération industrielle (PAI) 2014-2020, et s’est renforcé, en juillet 2015, par la signature de contrats de performance par le ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique et la profession afin d’accompagner le déploiement de quatre écosystèmes structurés dans les filières de l’assemblage, du système électrique-câblage et harnais (EWIS), de l’entretien-réparation, révision (MRO) et de l’ingénierie.

 

S’inscrivant dans le cadre du PAI, ces quatre écosystèmes devraient permettre, d’ici 2020, de créer 23.000 nouveaux emplois, soit le triple de l’effectif actuel, de doubler le chiffre d’affaires à l’export pour le porter à 16 milliards de dirhams, d’atteindre un taux d’intégration local de 35% et d’attirer plus de 100 nouveaux acteurs. Les quatre écosystèmes de Boeing devraient ainsi hisser le secteur à des piliers de développement plus soutenus et l’inscrire dans une phase nouvelle qui connaîtra l’émergence de nouveaux métiers, à forte valeur ajoutée et à fort contenu technologique.

​A cet effet, un dispositif d’accompagnement intégré et novateur est mis en place au profit des entreprises des écosystèmes aéronautiques, outre un soutien financier adapté. Ce soutien financier couvre les subventions aux locomotives, les primes aux premiers investissements dans les métiers pionniers définis par écosystème, ainsi que l’appui aux investissements de création et aux investissements d’extension. De même, ce soutien se traduit par une offre de formation destinée à qualifier des profils cibles avec l’octroi d’aides directes pouvant atteindre 6.000 euros/personne, et par une offre de foncier locatif à des prix attractifs.

​Le géant de l’aéronautique américain Boeing va créer un écosystème dans la région de Tanger avec à la clé la création de 8.700 emplois. Il s’agit d’une nouvelle zone industrielle spécialisée pour ses sous-traitants dans la région de Tanger.

Ce n’est pas par hasard que le lancement de l’écosystème industriel du constructeur américain Boeing s’est déroulé, fin septembre 2016, à Tanger sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI. Tanger est devenue aujourd’hui une ville attractive pour les investissements d’envergure et dans les secteurs stratégiques et à haute valeur ajoutée, comme l’aéronautique. Avec le projet de Boeing, l’industrie aéronautique marocaine améliora de manière significative son positionnement sur l’échiquier mondial. Fruit d’un partenariat entre le Maroc et Boeing, fleuron mondial de l’aéronautique, ce projet consistera à structurer un écosystème formé de fournisseurs et d’organiser une plateforme de sourcing basée au Maroc. Cet écosystème générera un chiffre d’affaires annuel supplémentaire à l’export d’un milliard de dollars, entraînera l’implantation de 120 fournisseurs de Boeing et permettra la création de 8.700 nouveaux emplois spécialisés. Pour couvrir les besoins en formation de son écosystème, des programmes de formation dédiés spécialement conçus par Boeing seront implémentés.

 

​L’écosystème industriel Boeing s’articulera autour de deux axes majeurs, à savoir la production, avec d’une part, l’implantation de fournisseurs de rang 1 et 2, et d’autre part, le renforcement des usines existantes, par l’augmentation de leurs carnets de commandes, mais aussi la formation, à travers notamment la mise en place de programmes de formation spécialement conçus par Boeing. L’industrie aéronautique était jusqu’à présent surtout installée à Casablanca sur la zone franche Midparc. « A travers notre entreprise commune à Casablanca, nous avons pu déjà constater de nos propres yeux les opportunités uniques offertes par le Maroc aux sous-traitants de l’aéronautique, pour réduire leurs coûts tout en produisant des produits aéronautiques de grande qualité », a expliqué le Président de Boeing Commercial Airplanes, Raymond L. Conner. « Nous avons signé un protocole d’accord pour la création d’un écosystème industriel de Boeing au Maroc, qui nous permettra de développer un programme incitatif en vue de faire venir de nouveaux fournisseurs Boeing à s’établir au Royaume », a renchéri le responsable de Boeing.

Dans le sillage de la montée en puissance de l’industrie marocaine, le secteur aéronautique, qui était jadis quasi-inexistant dans le Royaume, a pu s’imposer en tant qu’industrie clef et enregistrer des performances des plus remarquables. Etabli principalement autour de Casablanca (parmi les 97 hectares du foncier réservé aux écosystèmes du secteur aéronautique, 63 ha se trouvent à Nouaceur), le secteur aéronautique marocain est fort de la présence de plusieurs opérateurs parmi les plus importants au monde, comme Bombardier, EADS, Boeing, Safran, Lisi Aerospace, Le Piston Français, Daher, Souriau, Ratier Figeac, Eaton, Alcoa et Aerolia.